AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Navigation

       

pagerank
Histoire d'une fin annoncée
Mar 16 Mar - 17:56 par JustMax
Beaucoup s'en doutent depuis un bon moment.
D'autres se le cachaient pour y croire encore.

On a tenté plusieurs manoeuvre de réanimation?
Massage cardiaque, insufflation, et autre tripotage peu courtois.

Rien n'y a fait.

On s'est fait beaucoup de mal ces derniers temps.
Beaucoup de mal a s'acharner.

Le concept de Munuroe avait un potentiel, mais nous, avions nous vraiment la compétence pour …

Commentaires: 0
La chronique du Dr CPJ - C'estPasJust, chronique informative et politiquement incorrect.
Mar 8 Déc - 21:18 par Dr CPJ
Je repensais à ce que quelqu'un nous a dit en claquant la porte. D'ailleurs, un écho s'est glissé par la fenêtre après son départ en haussant les épaules et en dandinant du cul : Nous sommes fragiles et vacillants comme la flamme d'une bougie, trop instables pour qu'on y consacre son énergie créatrice.
C'est difficile de répondre à un écho. ça vient de loin, c'est aussi franc qu'un âne qui …

Commentaires: 3
Derniers sujets
» salle @
Lun 29 Mar - 21:14 par pilote

» Couloirs et ascenceurs
Lun 29 Mar - 21:09 par un autre alien

» la cage
Dim 28 Mar - 22:21 par Diablotor

» salle#
Sam 27 Mar - 19:46 par Alianae

» Et le voyage se poursuit.....
Sam 27 Mar - 15:06 par JustMatie

» HRP de l'anim
Ven 26 Mar - 15:10 par Charlie Vicker

» Le bloc opératoire
Ven 26 Mar - 13:01 par Une alienette

» la salle sous la trappe
Ven 26 Mar - 12:49 par Une alienette


 

 Lymbia ou le réveil de la haine

Message Auteur
MessageSujet: Lymbia ou le réveil de la haine   Mar 22 Juil - 21:27

Je suis là, enchainée, et j’enrage.



Je ne suis pas son enfant, comme il me disait au commencement. Il ne me chérie plus. Je crois même qu’il me hait. Pourquoi ? Pourquoi aurais-je dû être ce mouton qui obéit ? Je ne suis pas ce qu’il attendait de moi, mais les autres non plus. Et pourtant, eux sont libres. Ils continuent leurs prouesses inutiles et dégradantes.

Il voulait que je sois sa déesse de la nature, celle qui fait réchauffe le monde de rayons embrasés, celle qui fait sourire la lune pour endormir les mortels. Mais comment, comment rester là, à observer ce qu’ils faisaient en bas ? Les buissons nourris de mes pleurs n’étaient que des brise-vues pour cacher les ébats d’Odieu, lorsqu’il avait la décence d’en rejoindre un. Les lacs que je baignais d’amour étaient réduis à de simple miroir pour Banda. Et Odieuse, qui s’affairait à détruire tout ce qu’elle aurait aimé créer d’elle-même…
Je ne pouvais pas admettre que nous puissions être le fruit d’un seul et unique créateur. Et quel créateur. Il n’avait pas le droit. Jamais il n’aurait du créer ces dieux, et ces mortels. Ils ne sont que des déchets nocifs pour la nature. Ils devaient subir ce qu’ils faisaient subir aux fleurs, aux plantes, aux animaux, tous ceux qui étaient sous ma garde. Je n’ai pas su les protéger. Je n’avais pas le choix. Je devais les venger.



Je suis là, enchainée, à attendre.



Il m’a condamnée à la geôle pour cinquante lunes. Depuis combien de temps m’a-t-il enfermée ici ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. J’ai arrêté de compter depuis que j’ai purgé ma peine par deux fois. La seule notion de temps qu’il me reste est celle de ma colère qui enfle. Se souvient-il encore de moi ? Non, il n’a pas pu m’oublier. Et s’il m’a oublié, les stigmates des tortures que j’ai su infliger me rappelleront à son bon souvenir.

J’ai lutté pour ne pas devenir complètement folle. Pour m’occuper l’esprit, j’ai tout d’abord repensé à toutes mes créations. Ces fleurs enivrantes qui dansaient de toutes leurs couleurs sous la brise. Ces petits êtres à plumes ou à poils qui exploraient les plaines et les plages. Et l’image d’Odieu et Odieuse écrasant la végétation de leur corps nu et transpirant le vice. Celle des mortels qui chassent tous ceux qui n’est pas de leur gout pour devenir plus fort.



Je suis là, enchainée, et je suis prête.



Je ne sais même pas qui sont ces gens qui crient en bas. A quelle race appartiennent-ils ? Méritent-ils seulement de vivre ? Certainement pas. J’ai les doigts qui me démangent. Je regarde cette pierre, et j’entends déjà le bruit qu’elle fera en heurtant sans douceur leurs orteils. Je me suis mordu la lèvre, et je me délecte de ce qui sera le gout de leur chair arrachée.


La déesse de la nature renaitra bientôt. Mais ne croyez pas qu’elle fera briller le soleil pour illuminer vos sourires. Elle sera colère et vengeance. Méfiez vous donc de cette apparente brillance qu’elle conservera encore quelques temps.


Lymbia
Déesse et j'te merde
avatar

Féminin Age : 37
Race : Divinité
Date d'inscription : 22/07/2008

Nombre de messages : 54


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lymbia ou le réveil de la haine   Mer 6 Aoû - 14:29

Dans mon sommeil, j’ai rêvé que j’étais libre. Je suis éveillée maintenant, mais je ne veux pas ouvrir les yeux. J’ai peur de ce que je vais y voir. Oui, j’ai peur. Même les dieux ont peur. Surtout après un isolement si long, avec seule compagne indésirable cette folie qui s’installe. Et pourtant, il faut que je regarde. Encore une fois, elle sera close, hermétiquement close, je le sais. Sinon, je pourrais sentir le parfum de mon monde, de mes créations. Dans trois inspirations, je ferai face.

Une…
Et si la porte était ouverte… Je serais libre. Non, libérée. Enfin.

Deux…
Dans quel état se trouve ce monde ? Le reconnaîtrais-je ? Me reconnaîtra t’il ?

Trois…
Je n’y crois plus. Elle est fermée, comme tous les matins.

Mes paupières s’ouvrent lentement. Et se referment immédiatement. Quelque chose est venu me frapper la rétine. Un son sourd qui raisonne maintenant dans ma tête sans faiblir. Un son… Non, pas un son. De la lumière. La porte est ouverte. Après quelques minutes de contemplation, je suis prête à sortir. Je me dresse sur mes jambes affaiblies. Elles sauront me portent dehors, elles ne doivent pas me lâcher, pas maintenant. Un pas, et c’est la chute.

Pourquoi?!?

Un point rageur vient frapper le sol. La poussière qui s’envole se colle à mon visage. La porte est ouverte, mais les chaînes m’entravent toujours. J’ai beau tirer, secouer, hurler, le fer ne cède pas. Il ne manque pas grand chose pour que les bracelets glissent de mes chevilles et de mes poignets. Si seulement j’avais de la graisse, ou simplement de l’eau pour aider le passage…

Me voilà dehors. Mon corps saigne, il s’est sacrifié pour que je sois libre. Mes ongles ont creusé des sillons dans ma chair jusqu’à atteindre les veines. Pour que le liquide de vie vienne tapisser ma peau et faire glisser mes chaînes. Je regarde mes mains écarlates, chaque goutte de sang qui perle sur l’herbe me sera rendue au centuple par ceux qui sont à l’origine de mon enferment.

Au loin j’entends ce braillard d’Odieu. Allons voir s’il est toujours le même.
Lymbia
Déesse et j'te merde
avatar

Féminin Age : 37
Race : Divinité
Date d'inscription : 22/07/2008

Nombre de messages : 54


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Lymbia ou le réveil de la haine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Munuroë ::  :: Bibliothèque :: Munuroë V1 :: Un pas après l’autre, une histoire s’écrit... - RP :: Au Nord de Lonedonne :: Le temple des dieux -