AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Navigation

       

pagerank
Histoire d'une fin annoncée
Mar 16 Mar - 17:56 par JustMax
Beaucoup s'en doutent depuis un bon moment.
D'autres se le cachaient pour y croire encore.

On a tenté plusieurs manoeuvre de réanimation?
Massage cardiaque, insufflation, et autre tripotage peu courtois.

Rien n'y a fait.

On s'est fait beaucoup de mal ces derniers temps.
Beaucoup de mal a s'acharner.

Le concept de Munuroe avait un potentiel, mais nous, avions nous vraiment la compétence pour …

Commentaires: 0
La chronique du Dr CPJ - C'estPasJust, chronique informative et politiquement incorrect.
Mar 8 Déc - 21:18 par Dr CPJ
Je repensais à ce que quelqu'un nous a dit en claquant la porte. D'ailleurs, un écho s'est glissé par la fenêtre après son départ en haussant les épaules et en dandinant du cul : Nous sommes fragiles et vacillants comme la flamme d'une bougie, trop instables pour qu'on y consacre son énergie créatrice.
C'est difficile de répondre à un écho. ça vient de loin, c'est aussi franc qu'un âne qui …

Commentaires: 3
Derniers sujets
» salle @
Lun 29 Mar - 21:14 par pilote

» Couloirs et ascenceurs
Lun 29 Mar - 21:09 par un autre alien

» la cage
Dim 28 Mar - 22:21 par Diablotor

» salle#
Sam 27 Mar - 19:46 par Alianae

» Et le voyage se poursuit.....
Sam 27 Mar - 15:06 par JustMatie

» HRP de l'anim
Ven 26 Mar - 15:10 par Charlie Vicker

» Le bloc opératoire
Ven 26 Mar - 13:01 par Une alienette

» la salle sous la trappe
Ven 26 Mar - 12:49 par Une alienette


 

 Sourires...

Message Auteur
MessageSujet: Sourires...   Sam 6 Sep - 1:07

Il pleut. Juste un éclat sur la vitre.
Un autre.
La pluie.

C'est ma joue qu'elle veut. Mon visage. Mon cœur. Moi, toute entière.

Elle redouble ses efforts. Éclabousse la vitre. Transfigure le dehors derrière son rideau. Et frappe.
En longues coulées obliques, elle laisse son empreinte. Masque la vérité. Nous laisse dans le flou après avoir arrondi les angles, estomper les contours.

Et immobile, hors d'atteinte, je l'observe faire son office.

Caresse le temps. Enveloppe les ombres. Effleure le vent.
Elle me sourit...


Et c'est à cet instant, mon amour, que tu viendrais m'enlacer. Serrer contre toi la femme de tes nuits, de tes jours, de ta vie...
Tu poserais ta main sur mon ventre rond, tes lèvres dans mon cou. Elles remonteraient tendrement jusqu'à mon oreille. Et y murmureraient des vérités si belles que je te ferais taire, pour ne pas avoir à te répondre. Et encore une fois, trouver mes mots si fades à côté des tiens.
Je caresserais ta nuque du bout de mes doigts si froids. Tu frissonnerais et m'embrasserais. Ta langue caresserait la mienne, tandis que tes mains retrouveraient sans peine la courbe de mes hanches.
Alors, je quitterais tes lèvres, et d'un regard, te criblerais d'amour.
Tu me sourirais...


Je repose mes yeux sur la vitre.
Tu n'es plus là.
Ni ici, ni ailleurs.
Juste dans mon coeur.

La pluie a cessée. La vitre a repris sa lucidité. La monde, sa morosité.
Mon ventre a perdu ce trésor.
Il est parti. Avec toi.

Mon corsage désormais s'est resserré sur des seins amaigries et tombants.

Le soleil fait son apparition. Il inonde mon visage de cette lumière qui autrefois me rendait belle.
Le châle sur mes épaules couvrent mes vieux jours, masquent les aléas de ma vie. Je me glisse avec aisance, dans la peau d'une petite vieille fripée et ridée qui tremblote, son châle sur les épaules. Il est si facile de s'approprier des clichés.
Mais rien n'y fait, j'ai toujours froid.

Une mèche blanche vient barrer le paysage. Je l'écarte. La glisse dans mon chignon. C'est la mort pour nous, pauvres vieillards. La blancheur...

Le corbeau sur sa branche me regarde.
Moi. Future carcasse. Future repas.
Il me sourit...


Crois-tu qu'il est encore temps de réparer les erreurs?
Crois-tu que la mort emportera mon âme, et ne la laissera pas là, au milieu de ce tas encore fumant, dernier souvenir de ma vie?
Crois-tu qu'il faille regretter?
Crois-tu que le temps effacera dans les cœurs le mal que j'ai pu faire?

Et toi? TOI!
C'est aussi ta faute! Pourquoi toujours prendre sur mes épaules l'entière responsabilité?

J'ai froid tu sais. Vraiment froid.
Et ça ne veut pas passer.
Pourquoi?
Je ne sais pas.
J'ai froid.

Mais tu sais...
Il me suffit d'imaginer ton visage, ton sourire, et nos rires. Nos étreintes, nos deux corps, nos deux êtres. Pour ne faire plus qu'un.
Et là, cette sensation disparaît quelques instants.

Alors, je prolonge cette chaleur soudaine.
Je m'enflamme.
Les flammes dévorent mon visage, mes cheveux crépitent. Ma peau se noircit. Mais, je ne cris pas.
J'ai chaud. Tellement tellement chaud.

Mon amour...
Le vois-tu, au milieu du brasier, ce sourire?
Piping

avatar

Féminin Age : 25
Race : Fantôme...
Date d'inscription : 28/07/2008

Nombre de messages : 456


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Sourires...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Munuroë :: Un pas après l’autre, une histoire s’écrit... - RP :: Histoire libre -