AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Navigation

       

pagerank
Histoire d'une fin annoncée
Mar 16 Mar - 17:56 par JustMax
Beaucoup s'en doutent depuis un bon moment.
D'autres se le cachaient pour y croire encore.

On a tenté plusieurs manoeuvre de réanimation?
Massage cardiaque, insufflation, et autre tripotage peu courtois.

Rien n'y a fait.

On s'est fait beaucoup de mal ces derniers temps.
Beaucoup de mal a s'acharner.

Le concept de Munuroe avait un potentiel, mais nous, avions nous vraiment la compétence pour …

Commentaires: 0
La chronique du Dr CPJ - C'estPasJust, chronique informative et politiquement incorrect.
Mar 8 Déc - 21:18 par Dr CPJ
Je repensais à ce que quelqu'un nous a dit en claquant la porte. D'ailleurs, un écho s'est glissé par la fenêtre après son départ en haussant les épaules et en dandinant du cul : Nous sommes fragiles et vacillants comme la flamme d'une bougie, trop instables pour qu'on y consacre son énergie créatrice.
C'est difficile de répondre à un écho. ça vient de loin, c'est aussi franc qu'un âne qui …

Commentaires: 3
Derniers sujets
» salle @
Lun 29 Mar - 21:14 par pilote

» Couloirs et ascenceurs
Lun 29 Mar - 21:09 par un autre alien

» la cage
Dim 28 Mar - 22:21 par Diablotor

» salle#
Sam 27 Mar - 19:46 par Alianae

» Et le voyage se poursuit.....
Sam 27 Mar - 15:06 par JustMatie

» HRP de l'anim
Ven 26 Mar - 15:10 par Charlie Vicker

» Le bloc opératoire
Ven 26 Mar - 13:01 par Une alienette

» la salle sous la trappe
Ven 26 Mar - 12:49 par Une alienette


 

 Assassine

Message Auteur
MessageSujet: Assassine   Mar 26 Mai - 19:25

http://www.deezer.com/track/239052

L
a proie arrive.
Elle entre dans le village. Le bruit de ses chaussures retentit dans la rue principale. Aucun autre bruit. Seul celui de ses chaussures sur le sol.

Elle ne remarque pas le silence. Comme elle ne remarque jamais les regards chargés de haine à son égard, ou bien encore les mots qui jaillissent de la bouche de chaque villageois. Elle ne remarque rien. Elle a vite apprit comment faire. Et puis, elle n'a pas eu le choix.
Le silence est lourd pourtant pour les villageois. Chacun retient son souffle. Tout le monde est là, tout le monde veut voir. Tout le monde verra.

Elle, elle est insouciante, ne se doutant pas de ce qui se trame ici. Eux sont tendus. Ils doivent aller jusqu'au bout.
Eux, si grands. A la peau burinée par le soleil. Aux yeux si noirs, si peu brillants. Aux cheveux pareils aux plumes des corbeaux.
Elle, si petite...

La souris qu'on l'appelle. Depuis que l'on a comprit qu'elle n'aurait jamais une taille normale, on se vengeait sur les souris. Les gamins du village la pourchassaient alors avec les cadavres des pauvres bêtes.
Et, quand, épuisée d'avoir tant couru, elle tombait à terre, on les lui jetait dessus, avant de lui mettre de nombreux coups de pieds sur tout le corps.
Sa peau, ainsi, n'était plus de cette teinte que l'on n'aimait pas ici. Mais pas encore comme celle de tout le monde.
Elle avait la peau si blanche...
Peut-être auraient-ils pu l'aimer s'il n'y avait eu que ça. Peut-être.

Ses cheveux se balancent au rythme de ses pas. Ses jolis cheveux. Roux. Si facilement repérable. On dirait un petit soleil.
Un petit soleil... Ils auraient pu l'appeler comme ça, au village, parce que, la proie, elle est si chaleureuse ! Toujours, peu importe le comportement des autres à son égard. Et puis, elle a ce sourire au visage que personne, jusqu'à présent, n'a pu lui ôter.
Et ce rire, qui attend, au bord des lèvres, et qui peut jaillir à tout instant.
Et ses yeux, qui pétillent de malice. On a jamais vu des yeux de cette couleur ici. Des yeux bleus-verts. Un doux mélange.
Une horreur pour ceux d'ici.

Personne ne lui a jamais dit qu'elle était laide car, de fait, ce n'est pas laide qu'elle est, mais différente. Et la différence, c'est bien plus dur à porter que la laideur.

Elle avance, sourire aux lèvres. Un villageois se place à plusieurs pas devant elle, au beau milieu de la rue. Les autres s'amassent autours d'eux. Les enfants ont des sourires mauvais au visage. Les adultes, eux, ne sourient pas.
Le sourire de la proie vacille, mais tient bon. Elle ne comprend pas ce qu'il se passe. Ils ne peuvent pas vouloir la punir pour une bêtise qu'elle aurait fait, voilà plusieurs semaines qu'elle les laisse tranquille.

Alors quoi ?

L'homme devant elle la saisit brusquement. Ses mains entourent d'une poigne de fer ses bras. Elle a mal. Elle a peur. Elle ne comprend pas.
Elle se débat, une poigne se relâche. Sa joue lui fait soudainement mal. S'il ne l'avait pas retenu d'une main, elle serait sans doute tomber à terre. Elle ne pleurera pas, elle ce l'est toujours promis. Jamais de larmes. Ça leur ferait trop plaisir.

Du regard, elle cherche son père. Lui aussi est là. Il la regarde. Le doute se lit dans son regard. Sa femme n'aurait pas laissé faire ce qu'il va se passer, quand bien même la petite est si différente. Mais sa femme n'est plus, et lui est lâche. Alors il courbe l'échine. Il ne sait pas s'il osera affronter le regard de celle qui est sa fille.

Tout à coup, le silence éclate. Chacun se met à hurler, les insultes pleuvent, et, pour la jeune fille, ces mots sont pire que les coups. Un autre homme sort des rangs et attache les pieds de la petite, puis les mains.

Incompréhension.
Elle ne voit plus que des formes indistinctes.
Elle n'entends plus les insultes.
Juste le bruit d'un ciseau.
Un ciseau qui fait un bruit assourdissant.
D'abord dans l'air.

Les premières mèches de cheveux auburn tombent. La petite, à travers les larmes qui lui brouillent la vue et qu'elle s'était promis de ne jamais laisser couler, les voit. Elle ne voit que ces mèches qui tombent au sol.
Pour la première fois de sa vie, ses yeux ne brillent plus, son sourire à disparut.
Savat

avatar

Féminin Age : 25
Gang : Mystère...
Race : Gamine
Date d'inscription : 08/02/2009

Nombre de messages : 175


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Assassine   Mer 9 Déc - 21:07

Album photo


Peut-être qui, si les photos avaient été en noir et blanc, Savat aurait pu avoir la chance de sembler identique aux gens de son village. C'est sur la sixième page qu'apparait une première photo de la jeune fille.
Elle a trois ans, les pieds nus, et une petite robe kaki.
Sa petite main semble fermement serrée sur le pantalon noir de son père.

Ce dernier garde ses mains dans son dos, le visage sévère, sérieux contraste avec les photos des pages précédentes, où il pose avec sa femme, un sourire aux lèvres, un bras autour d'elle.
Il donne l'impression de ne pas avoir envie d'être là.
Sa moustache et ses gros cils noirs accentuent l'impression de sévérité qui se dégage de lui.

Trois ans déjà que sa femme est morte.

Cette photo, il l'a rangé avec soin dans l'album.
Ça aurait fait plaisir à sa femme.
D'ailleurs, c'est par respect pour elle qu'il a gardé Savat, qu'il l'élève. Juste pour elle.
Mais il n'arrive pas à en faire plus.
A chaque fois qu'il regarde la petite, il sent un étrange dégoût le gagner
Elle ne peut être sa fille, c'est impossible !
Comment ?
Et il a honte aussi.
Honte de douter de la fidélité de sa femme.
Mais c'est la seule explication qui lui vient à l'esprit.

Après tout, n'est-elle pas rousse alors que tous ici sont bruns ? Et cette pâleur qui ne la quitte pas, qui lui fait rougir la peau quand celle des autres brunie ? Et ses yeux si clairs...
Non, décidément, elle ne peut être sa fille.

La photo suivante date de plusieurs années après.
Son père n'est pas sur la photo.
Elle a toujours ses cheveux roux, sa peau pâle et ses yeux clairs.
Elle est habillée toute en couleur, et elle sourit.
Toujours.

Au lieu de l'appeler Savat, son père aurait aussi bien pu la nommer Flamme, ça aurait bien convenu, de par la rousseur de ses cheveux, mais aussi grâce à sa vivacité. Et puis, elle n'aimait guère l'eau.
Oui, vraiment, Flamme eu pu être un nom qui lui aurait tout à fait convenu.

C'est la dernière photo qu'on a pris d'elle.
En même temps, après, elle s'est fait couper les cheveux contre son gré, et le gros photographe, c'était lui qui avait aidé à la tenir, alors, son magasin, bizarrement, il a pris feu...

Bizarrement...
Savat

avatar

Féminin Age : 25
Gang : Mystère...
Race : Gamine
Date d'inscription : 08/02/2009

Nombre de messages : 175


Feuille de personnage
Caractère:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Assassine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Munuroë :: Au commencement il y eut les dieux, et puis… - RP :: Autour des personnages... -